AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 run boy run; lucy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin unicorn lover
avatar

Messages : 334
Pseudo : margaux.
Célébrité, © : daniel sharman; delusion angel.
- Age : vingt-huit ans. (13/07)
- Job : joueur de hockey pro pour les flames de calgary. (#13)
- Address : downtown, à quelques minutes seulement de scotiabank saddledome
- Love : éternel célibataire qui songe enfin à trouver un homme.





( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: kat; fraser; sophie; lucy.

MessageSujet: run boy run; lucy.    Lun 15 Jan - 19:19



lucy & evan

tu trépignes sur place, essayant de ne pas te refroidir de trop. quelle idée de partir en avance par cette saison. tu attends lucy depuis plusieurs minutes déjà. vous avez prévu de courir un peu ensemble, pour changer des faces à faces sur des patins et sur une patinoire. tu pousses un petit soupir et frottes tes mains l'une contre l'autre pour te réchauffer un peu. tu secoues la tête de gauche à droite et t'étires un peu, avant de venir boire une gorgée dans ta bouteille d'eau. avec la jeune femme, vous avez rendez vous non loin d'elbow river. un petit sentir la longe et c'est idéal pour courir. tu aimes venir ici, de temps à autre. tes doigts glissent dans tes cheveux et tu remets ensuite ton bonnet en place. tu termines par apercevoir la jeune femme arriver au loin et un sourire se dessine sur tes lèvres. j'ai cru que tu m'avais oublié ! tu lâches en riant. peu probable. vous n'aimez que trop vous défiez et vous poussez l'un l'autre à bout. tu t'approches un peu de sa direction et lui fais la bise. on part doucement pour éviter de se claquer un truc ? ou tu préfères t'échauffer ? tu demandes en penchant un peu la tête sur le côté. avec le froid, une blessure n'est jamais bien loin. et ce serait vachement con pour toi, que de te blesser. et te blesser sans même faire de hockey. tu te mords l'intérieur de la joue. heureusement que le vent n'est pas trop violent et que quelques rayons de soleil ont fait leur apparition. cette course sera un peu plus agréable qu'un jour ou tout est gris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre in my cradle
avatar

Messages : 385
Pseudo : Volodymyr
Célébrité, © : Margot Robbie, © nightblood
- Age : Vingt-sept ans
- Job : Assistante personnelle
- Address : Huntington Neighborhood
- Love : Célibataire mais qui a du mal à supporter ce nouveau statut




( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 5/3 en cours

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Lun 15 Jan - 20:51


L’avantage de naître en pleine tempête de neige, c’est d’avoir l’étrange impression que l’hiver n’est pas un ennemi. Bon nombre de mes voisins d’ici et d’Edmonton avaient tous le même discours dès que novembre frappait aux portes. « Encore un hiver ! » Et oui, encore un. Pour ma part, je ne ressens pas cette aversion. Il est vrai que de rester coincé dans sa voiture alors qu’il y a un mètre de neige partout et qu’il fait simultanément sous les moins vingt degrés Celsius, ce n’est agréable pour personne. Mais ce temps ne me pousse pas à me plaindre. Au contraire, il me stimule. Je me lève plus tôt, je fais de la raquette dans les montagnes, je rends visite à mon frère pour le défier à des courses de motoneiges. L’hiver ne me limite pas. C’est ainsi que lorsque Evan, ce joueur de hockey des Flames de Calgary que je peux qualifier d’ami, m’a demandé de venir courir avec lui en plein mois de janvier, je n’ai pas hésité une seule seconde. Sous mon pantalon de sport moulant, je mets donc une combinaison thermale de coton qui n’est absolument pas sexy mais l’hiver oblige. Je mets une veste au tissu qui respire avec par-dessus une seconde veste de laine. Mes bas aussi sont en laine, d’ailleurs. J’ai un cache-cou qui remonte jusqu’à ma nuque, mettant une casquette de mon père sur le sommet de ma tête. Mes mains sont bien protégées dans des gants isothermiques eux aussi. Enfin, je porte les mêmes bottes que j’ai l’habitude de mettre en motoneige. Elles ont l’avantage d’être légère mais de bien respirer tout en gardant la chaleur à cause de la couche de fourrure de loup marin à l’intérieur. J’arrive avec un peu de retard pour retrouver Evan. Il me le fait signaler, ce qui m’amuse. Des deux, je suis normalement celle qui est la plus ponctuelle. Il faut croire que ce matin je n’étais pas de cette humeur. « Impossible de t’oublier. » Je lui dis, afin de le flatter un peu. Il est vrai qu’avec son uniforme rouge des Flames, il est difficile à manquer sur une patinoire. Il cherche à faire les choses bien en y allant mollo pour débuter. Pas de problème pour moi. « Je te paris que je peux faire plus de push-up que toi en une minute. » Je le défis, m’installant déjà pour en faire. C’est un homme. Il est baraqué pour le hockey. Alors, évidemment qu’il me bat, mais d’à peine trois push-up. Je me permets de faire une autre série ensuite, infatigable ce matin, il semblerait. Je procède après à quelques étirements, prouvant que j’ai de la flexibilité. Dès que nous sommes bien échauffés, nous nous élançons ensemble sur le sentier. Je suis facilement la cadence qu’il impose, l’observant régulièrement pour calquer sa vitesse. Il commence à y avoir des pentes devant donc naturellement je presse un peu plus le pas. Mes bottes sont munies de crampons, ce qui me permet de gravir aisément toutes surfaces malgré les quelques plaques de glace par-ci par-là. Au final, je me retrouve en haut un peu en avance. « Allez, Adkins ! » Je l’encourage, afin de stimuler sa compétitivité.

_________________


Make that happiness last
Seeing from those eyes what you become
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t185-don-t-push-me-away-lucy http://verybadmoms.forumactif.com/t199-the-way-you-make-me-feel-lucy
Admin unicorn lover
avatar

Messages : 334
Pseudo : margaux.
Célébrité, © : daniel sharman; delusion angel.
- Age : vingt-huit ans. (13/07)
- Job : joueur de hockey pro pour les flames de calgary. (#13)
- Address : downtown, à quelques minutes seulement de scotiabank saddledome
- Love : éternel célibataire qui songe enfin à trouver un homme.





( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: kat; fraser; sophie; lucy.

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Mar 16 Jan - 0:05



lucy & evan

tu as enfilé une tenue de sport adaptée, pour courir par ce temps. des vêtements collants et qui tiennent chaud, tout en évacuant la transpiration. tu portes un t-shirt et une veste adaptés, ainsi qu'un pantalon bien trop moulant à ton goût; raison pour laquelle tu portes un simple short par-dessus. en réalité, tu dois bien avouer que tu portes un short à l'effigie des flames. pas facile de te décoller du hockey. ainsi qu'un bonnet et une paire de gants. quand ça concerne le sport, tu es paré à toutes les situations possibles et inimaginables et tu es près à courir par tous les temps. lucy ne tarde pas à te rejoindre et un sourire éclaire ton visage. tu commences sérieusement à te les geler. impossible de t’oublier. tu ris doucement et te mords l'intérieur de la joue. tu proposes à la jeune femme de vous échauffer et de commencer doucement. après tout, il fait froid et t'es resté plusieurs minutes à l'attendre. éviter un claquage et de te froisser quelque chose t'arrangerait bien. je te paris que je peux faire plus de push-up que toi en une minute. tu arques un sourcil, relevant le défis sans trop de mal. vous terminez tous les deux au sol, silencieux pendant une minute complète. tu bas la jeune femme de trois mouvements et tu dois encore une fois avouer que t'es plutôt impressionné par sa condition physique. sérieusement, tu devrais vraiment songer à changer de boulot. tu ris doucement, l'observant effectivement une autre série de push-up, tandis que tu commences à t'étirer et chauffer tes muscles pour la course. vous commencez tranquillement, lucy suivant ton rythme. tu ne comptes pas ralentir pour elle et, sans doute que c'est un nouveau défi à son attention. mais tu as toujours prit l'habitude d'allonger tes foulées au fil de la course. la route commence rapidement à monter et tu laisses la jeune femme prendre un peu d'avance, se retrouvant au sommet d'une petite pente avant toi. allez, adkins ! tu arques un sourcil et presse le pas pour la rejoindre, la dépassant sans t'arrêter. alors, tu traînes ? tu lâches en te retournant en sa direction, entamant la petite descente, manquant de glisser alors que tu laisses ton poids t'emporter bien rapidement. t'es tout de même heureux de retrouver une surface à peu près plane, alors que tu laisses lucy te rejoindre. tu viens calquer ton rythme sur le sien. pas trop rapide et c'est plutôt bien. t'as d'autre talents cachés ? entre le hockey et la course ... tu demandes, regardant droit devant toi pour éviter les plus grosses plaques de verglas. parler de t'as jamais trop déranger en courant. un léger sourire se dessine au coin de tes lèvres, alors que tu t'autorises un coup d’œil vers la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre in my cradle
avatar

Messages : 385
Pseudo : Volodymyr
Célébrité, © : Margot Robbie, © nightblood
- Age : Vingt-sept ans
- Job : Assistante personnelle
- Address : Huntington Neighborhood
- Love : Célibataire mais qui a du mal à supporter ce nouveau statut




( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 5/3 en cours

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Mar 16 Jan - 1:29


Gamine, j’étais la petite fille qui suivait les garçons partout où ils allaient. Je ne m’intéressais qu’à ce qu’ils souhaitaient accomplir et à pas grand-chose d’autre. Ma mère aurait souhaité que je sois comme mes sœurs, une jolie poupée à habiller comme elle le souhaitait. Ce n’est qu’à l’adolescence que j’ai commencé à me soucier de mon corps qui devenait de plus en plus féminin. Malgré tout, cela ne m’a jamais arrêté de me prouver auprès des hommes autour de moi. Je n’ai jamais réussis à battre mon frère au bras de fer mais cela ne m’empêche pas de le défier à chaque fois que je le croise. C’est comme pour Evan. L’avantage avec un ami sportif professionnel, c’est qu’il ne se retient pas pour vous faire plaisir. Il a son honneur à défendre après tout. Donc il a beau me battre dans le nombre de push-up accomplie en une minute, cela ne me décourage pas pour autant. La prochaine fois, l’écart ne sera peut-être plus que de deux au lieu de trois. C’est ainsi que je le vois. Dès que je termine ma seconde série de push-up, je me redresse sur mes pieds et je le regarde avec un sourire. Ce n’est pas la première fois qu’il me dit ça. Je suis toujours aussi flatté qu’il songe de la sorte. Sauf que… « J’aime mon boulot. Gab m’envoie à toutes les conférences ennuyantes où il est invité mais ne veut pas aller et j’ai le doit de mettre ce que je veux, y compris une robe d’été à moins trente. Non sérieusement, c’est mon job de rêve. » Je l'aime vraiment ce travail sinon je ne serais pas resté aussi longtemps. Je m’applique ensuite à quelques étirements. Dès que nous sommes bien échauffés, nous nous aventurons ensemble dans le sentier qu’il a choisit. Je ne connais pas les lieux, donc je le laisse me guider en m’adaptant à sa vitesse sans mal. Je grimpe la première pente en prenant de l’avance, souriant très grand alors qu’il me rejoint et continue son chemin comme si je n’avais pas été là. « Bien joué, super star ! » Je lui lance alors que je suis dans son dos. Je le rattrape au bout de quelques mètres, ne comptant pas me laisser distancer dans l’avenir. Je ne suis pas ici pour être laissé à la traîne. Je compte sur lui pour ne pas la jouer gentil au cours des kilomètres que nous avons l’intention de parcourir. Oh parce que je n’aime pas qu’on me rende les choses faciles. Si j’avais voulu cela, j’aurais demandé à Gab de courir avec moi. Sans vouloir insulter mon patron chéri, nous savons tous les deux qu’il ne fait pas assez de sport et qu’il fume trop donc je pourrais le battre à pratiquement n’importe quoi. Pour ne pas dire à tout. Je tourne la tête vers Evan. Il échange ce regard avec moi, ce qui me fait sourire également. Quel talent caché je possède ? C’est une bonne question. Je ne sais pas trop quoi lui répondre parce que je n’ai pas l’habitude de cacher mes capacités lorsque j’en ai l’occasion. Je sélectionne donc mentalement ce que j’assume que le hockeyeur ne connait pas de moi. « Oh et bien je suis capable de conduire tout ce qui a un moteur. J’aime bien courir à motoneige contre mon frère. Je sais monter à cheval. Je suis nulle pour nager mais je sais plonger, ce qui est contradictoire, mais bon. Il y a une photo dans le salon de la maison de mes parents de moi à côté d’un ours que j’ai tué à la chasse. Pour ton information, j’avais dix-sept ans sur la photo. » Je ris à cela. J’ai encore mon permis de chasse et de port d’arme d’ailleurs. Ils sont quelque part dans ma chambre. Je songe à autre chose. « Je suis aussi excellente pour lire à l’envers. Au début Gab ne s’en méfiait pas et j’arrivais à voir qu’au lieu d’écrire des trucs utiles quand je lui parlais il faisait sa liste d’épicerie. C’était marrant. » Moi je trouve cela drôle, du moins. Mon patron n’a pas trop aimé que je lui fasse un rappel qu’il n’y avait plus de lait. « Mais dis-moi tout de toi, Adkins ? » Je lui souris, vraiment curieuse de ce qu’il pourrait me raconter à son sujet.

_________________


Make that happiness last
Seeing from those eyes what you become
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t185-don-t-push-me-away-lucy http://verybadmoms.forumactif.com/t199-the-way-you-make-me-feel-lucy
Admin unicorn lover
avatar

Messages : 334
Pseudo : margaux.
Célébrité, © : daniel sharman; delusion angel.
- Age : vingt-huit ans. (13/07)
- Job : joueur de hockey pro pour les flames de calgary. (#13)
- Address : downtown, à quelques minutes seulement de scotiabank saddledome
- Love : éternel célibataire qui songe enfin à trouver un homme.





( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: kat; fraser; sophie; lucy.

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Mar 16 Jan - 21:37



lucy & evan

tu as toujours apprécié faire du sport avec lucy. elle est compétitive et tu ne te restreins pas vraiment avec elle. sauf quand vous faites du hockey. tu évites de lui foncer dedans à toute vitesse, pour ne pas la blesser non plus. vous êtes loin d'avoir la même carrure. j'aime mon boulot. gab m’envoie à toutes les conférences ennuyantes où il est invité mais ne veut pas aller et j’ai le doit de mettre ce que je veux, y compris une robe d’été à moins trente. non sérieusement, c’est mon job de rêve. tu hoches la tête. tu te mords l'intérieur de la joue et glisses tes doigts contre ton visage. ouai, j'comprends. toi le sport, c'est toute ta vie, mais ce n'est pas pareil pour tout le monde. tu le sais bien. tu secoues la tête de gauche à droite, tandis que vous commencez à courir. un rythme assez lent au départ, avant d'aborder les premières montées. lucy prend un peu d'avance, mais tu n'as aucun mal à le rattraper. bien joué, super star ! un léger rire s'échappe de tes lèvres et la jeune femme ne tarde à te rattraper. votre rythme est assez tranquille, tu en profites donc pour lui demander si elle a d'autre talents cachés. en la voyant pour la première fois, tu n'aurais jamais imaginé qu'elle pouvait être aussi sportive. eh et bien je suis capable de conduire tout ce qui a un moteur. j’aime bien courir à motoneige contre mon frère. je sais monter à cheval. je suis nulle pour nager mais je sais plonger, ce qui est contradictoire, mais bon. il y a une photo dans le salon de la maison de mes parents de moi à côté d’un ours que j’ai tué à la chasse. pour ton information, j’avais dix-sept ans sur la photo. tu esquisses une petite grimace. tu n'as jamais réellement cautionné la chasse. mais tu ne fais pas de remarques. je suis aussi excellente pour lire à l’envers. au début gab ne s’en méfiait pas et j’arrivais à voir qu’au lieu d’écrire des trucs utiles quand je lui parlais il faisait sa liste d’épicerie. c’était marrant. mais dis-moi tout de toi, adkins ? tu ris doucement à ses mots, continuant de courir. tu ne sais pas trop quoi lui dire sur toi ... tu restes silencieux quelques instants, avant de te lancer à ton tour. eh bien ... je ne passe pas un jour sans faire de sport. c'est parce que j'ai un tdah, j'suis un hyperactif. tu souffles après un petit silence. j'arrive à faire le grand écart, pourquoi j'ai jamais travaillé ma souplesse plus que ça. tu fais attention au chemin face à toi. mon père est un ancien joueur de hockey. c'est lui qui m'a donné envie d'en faire. il m'a mit des patins au pied avant que je sache correctement marcher. tu ris doucement. j'suis assez maladroit au quotidien. j'suis plus à l'aise sur la glace que sur la terre ferme. ça m'arrive souvent de trébucher dans la rue. tu hoches doucement la tête, retenant un soupir. tu continues de courir. rien de bien palpitant. tu pouffes de rire finalement, tournant un peu la tête vers lucy. tu jettes un coup d’œil à ta montre. vous courrez déjà depuis plusieurs minutes et tu sens tes jambes commencer à tirer, mais tu t'en fiches bien. tu as l'habitude de courir. tu éloignes cette pensée de ton esprit, attendant une réaction de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre in my cradle
avatar

Messages : 385
Pseudo : Volodymyr
Célébrité, © : Margot Robbie, © nightblood
- Age : Vingt-sept ans
- Job : Assistante personnelle
- Address : Huntington Neighborhood
- Love : Célibataire mais qui a du mal à supporter ce nouveau statut




( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 5/3 en cours

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Mar 16 Jan - 23:54


J’observe Evan alors qu’il demeure silencieux, pensif. Je ne le perturbe pas pendant ce moment, ayant un plaisir à simplement courir à ses côtés sans un mot. Il n’est pas difficile de me contenter. Une simple carte le jour de Noël et je suis rayonnante de joie. J’ai grandis au sein d’une famille de la classe moyenne. J’ai su apprécier le peu que nous avions pour ce que ça valait. Je ne crache pas sur l’argent que j’ai aujourd’hui non plus. Être aisé financièrement, ça enlève un souci à l’esprit. Ça permet également d’accomplir tellement plus, d’avoir plus. Mais ce n’est que de la surconsommation. C’est vide tout ça au fond. Donc dès que je peux retrouver la simplicité d’une course en pleine nature avec un ami, c’est vraiment là que je suis le mieux. J’hausse les sourcils après avoir écouté ce qu’il a à me raconter. Sa complicité avec son père me touche. Moi aussi je suis proche du mien. Je ne le pensais pas aussi maladroit sur la terre ferme. Je vais donc faire attention de ne pas trop le distraire. Je ne voudrais pas être responsable de la blessure de l’un des joueurs des Flames. D’ailleurs, il se sous-estime beaucoup trop d’un coup. Il a besoin de quelqu’un pour lui remonter son égo de sportif. Je peux me sacrifier sans mal. « Tu es joueur de hockey dans la LNH ! C’est très palpitant, crois-moi. Combien de gamins rêvent d’être à ta place et ce à travers le continent ? » Je lui souris très grand, accélérant le pas cette fois comme nous approchons de nouvelles pentes. Le chemin commence à devenir plus rocailleux. Les arbres se font également plus rapprochés des limites du sentier, ce qui pousse l’humidité à demeurer plus longtemps au sol. De ce fait, il y a davantage de neige et de glace devant nous. J’ai pour réflexe de tourner la tête vers Evan alors que nous entamons la montée ensemble. S’il glisse, je veux en être alertée aussitôt pour pouvoir intervenir. Il y a un kit de premiers soins dans le coffre de ma voiture qui est encore à proximité. Donc dans le pire des cas, en attendant l’ambulance, je ne serais pas totalement démunie. Je me concentre sur mes propres pieds pour m’assurer de ne pas cogner mes bottes contre des roches. J’enjambe celles qui sont visibles et nous sommes bientôt en train de redescendre cette même pente que nous avons gravit un instant plus tôt afin de poursuivre notre course. J’expire de manière régulière, bien que plus intensément qu’au départ. Je ne fais pas de marathon dans la vie. Je vais me fatiguer plus vite qu’un joueur de hockey ça c’est certain. Sauf que je peux encore tenir la cadence pour le moment. Comme nous revenons à un terrain plus plat, je trouve pertinent de reprendre notre discussion malgré l’effort qui devient omniprésent d’autant de son côté que du mien dans nos respirations et nos voix. « Tu es encore en contact avec ta famille depuis la LNH ? » Je lui demande, curieuse de savoir s’il a du temps pour eux malgré l’investissement actuel de sa vie de sportif professionnel. « Moi ça dépend qui. Je vois de temps à autre mon père et mon frère. Mes sœurs ça fait presque deux ans que je n’ai pas de nouvelles. Ma mère est décédée il y a sept ans. Je n’ai jamais vraiment connu mes grands-parents autant paternels que maternels. Du coup, ça me manque un peu parfois la vie de famille. » J’avoue, haussant les épaules. Je ne peux pas y faire grand-chose à vrai dire. Juste me créer ma propre famille de remplacement, j’imagine. Je me demande quel rôle je peux donner à Gab dans cette fausse famille dysfonctionnelle qui pourrait pallier mon manque si je le décidais. Je n’en ai aucune idée à vrai dire. Je préfère ne pas trop y penser, même. Déjà que ses enfants me détestent au fond.

_________________


Make that happiness last
Seeing from those eyes what you become
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t185-don-t-push-me-away-lucy http://verybadmoms.forumactif.com/t199-the-way-you-make-me-feel-lucy
Admin unicorn lover
avatar

Messages : 334
Pseudo : margaux.
Célébrité, © : daniel sharman; delusion angel.
- Age : vingt-huit ans. (13/07)
- Job : joueur de hockey pro pour les flames de calgary. (#13)
- Address : downtown, à quelques minutes seulement de scotiabank saddledome
- Love : éternel célibataire qui songe enfin à trouver un homme.





( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: kat; fraser; sophie; lucy.

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Mer 17 Jan - 15:51



lucy & evan

ton père, c'est un peu ton héro. ton modèle. tu rêves d'une carrière semblable à la sienne, de pouvoir gagner des championnats avec ton équipe. tu retiens un léger soupir et continues de courir. tu sais que ton père est déjà fier de ton parcours. mais tu veux t'améliorer encore. tu es joueur de hockey dans la LNH ! c’est très palpitant, crois-moi. combien de gamins rêvent d’être à ta place et ce à travers le continent ? un léger rire s'échappe de tes lèvres. elle a raison, luisa. tu as beaucoup de chance d'être joueur professionnel, de pouvoir vivre de ta passion. énormément. tu souffles en souriant. tu en as déjà rencontré beaucoup, des enfants qui te disent que plus tard, ils veulent faire du hockey et entrer dans l'équipe de la ville. tu trouves ça touchant et adorable, alors tu les encourages. tu les incites à vivre leur rêve et à se donner tous les moyens pour faire ce qu'ils veulent de leur vie. tu restes silencieux quand vous entamez une nouvelle montée, te concentrant sur tes pas pour ne pas glisser ou ne pas te rétamer misérablement. le chemin devient un peu plus chaotique et, bien heureusement, vous ne tardez pas à redescendre et retrouver un terrain plat. tu aimes courir sur des chemins assez irréguliers, contrairement au bitume de la ville. ça épuise plus et plus vite. tout ce dont tu as besoin au quotidien. tu te concentres un temps sur ta respiration, laissant lucy reprendre la discussion si elle le souhaite. tu es encore en contact avec ta famille depuis la LNH ? tu tournes un peu la tête vers la jeune femme à cette question. moi ça dépend qui. je vois de temps à autre mon père et mon frère. mes sœurs ça fait presque deux ans que je n’ai pas de nouvelles. ma mère est décédée il y a sept ans. je n’ai jamais vraiment connu mes grands-parents autant paternels que maternels. du coup, ça me manque un peu parfois la vie de famille. tu te mords l'intérieur de la joue. désolé pour ta mère. tu souffles simplement, ne sachant trop réagir à l'aveux de la jeune femme. je vois mon père assez régulièrement. j'ai une sœur aussi, de deux ans mon aînée. on arrive à se voir assez souvent. je tiens beaucoup à elle. tu commences doucement. mes parents ont divorcé quand j'avais huit ans. j'ai jamais revu ma mère depuis. tu souffles en te mordant l'intérieur de la joue. il s'est remarié quand j'avais treize ans. j'ai un demi-frère et une demi-sœur. j'ai du mal avec eux. leur mère sort de nul part, eux aussi. ils sont arrivés comme des fleurs et mon père leur à tout donner. il paye des études de médecine à la gamine de cette meuf alors qu'il a aucune idée d'ou elle vient. tu marmonnes. les trois ont toujours refusé de parler du passer. c'est forcément que ça cache quelque chose. quand on a rien à cacher, on ne change pas constamment de sujet. je suis certain qu'ils cachent quelque chose. tu ajoutes, secouant un peu la tête. tu t'entends mieux avec alekseï que kateryna; et tu supportes mal ta belle-mère. tu lui as bien fait comprendre qu'elle n'aurait jamais d'autorité sur toi. qu'elle ne remplacerait jamais ta mère; même si cette dernière est partie, il y a des années. j'ai quand même de la chance d'avoir mon père et ma frangine à calgary. les repas de famille sont fréquents. tu souffles après quelques instants. pour revenir à sa première question. un soupir manque de s'échapper de tes lèvres tandis que vous continuez à courir. tu ne sais pas trop à combien de temps vous en êtes. tu me dis si tu veux qu'on ralentisse un peu ou qu'on s'arrête. tu lances à lucy. ce n'est pas pour la narguer ou lui faire comprendre que t'as plus d'endurance. tu ne veux pas qu'elle pousse trop loin ses limites, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre in my cradle
avatar

Messages : 385
Pseudo : Volodymyr
Célébrité, © : Margot Robbie, © nightblood
- Age : Vingt-sept ans
- Job : Assistante personnelle
- Address : Huntington Neighborhood
- Love : Célibataire mais qui a du mal à supporter ce nouveau statut




( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 5/3 en cours

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Jeu 18 Jan - 2:47


Parler de ma famille n’a jamais été un sujet tabou pour moi. Même chose pour avouer la mort de la mère. Le décès d’un proche est parfois difficile à aborder pour certains d’après ce que j’ai compris puisque la mort a quelque chose de terrifiant. Pour moi ça fait simplement partie de mon histoire. Et puis, je n’ai pas raconté à Evan les circonstances de cette mort. Le fait que j’ai été présente dans sa chambre à ce moment-là. L’ayant vu partir, enfin être paisible après des mois de souffrance. Sa mort a été une délivrance, autant pour elle que pour moi. Je souris donc doucement alors que mon ami s’excuse pour la perte de la femme qui m’a mise au monde. « C’est rien. » Je lui assure, posant même une main contre son épaule durant quelques secondes afin de lui communiquer qu’il n’y a vraiment pas de quoi se sentir mal pour moi. Puisque notre course ne le permet pas vraiment, je libère son bras afin de retrouver une position équilibrée. Je commence à écouter l’histoire de sa famille. J’ai un pincement empathique au cœur en découvrant qu’il a aussi perdu sa mère, mais suite à un divorce. Moi j’avais vingt ans quand ma mère est décédée. J’étais une adulte autonome. Lui à huit ans, c’était beaucoup trop jeune pour voir sa mère partir pour ne plus jamais revenir. C’est très triste, je trouve. Je le laisse s’exprimer librement sur la suite, sentant facilement sa haine envers cette famille qui s’est greffée à la sienne sans qu’il en ait eu le contrôle. Les familles reconstituées sont devenues communes désormais. Il n’est pas le seul dans cette situation, à ressentir des frustrations par ce que son père lui a imposé. On ne peut pas empêcher un cœur d’aimer. Son père n’a pas choisit cette autre femme par hasard. C’est simplement dommage qu’il n’ait jamais réussi depuis le temps à connecter avec ces gens. Il a au moins toujours son père et sa sœur pour des repas en famille, ce qui me fait l’observer avec un regard brillant. Je pourrais presque être jalouse de lui si l’envie faisait partie de mes péchés de prédilection. Hors, je me contente de trouver plutôt cela mignon. Il a de la chance d’avoir gardé une partie de sa famille aussi près de lui encore aujourd’hui. « Mon père a choisit de demeurer célibataire un moment après la mort de ma mère. Du coup, je ne peux pas comprendre pleinement ce que tu as vécus. Mais je pense que notre instinct nous trompe rarement. Alors si tu penses qu’ils cachent quelque chose, c’est probablement le cas. Sauf qu’il y a une raison derrière cela. Peut-être que ça leur fait du mal au fond cette chose qu’ils dissimulent et que c’est pour cela que rien n’est dit. Il y a toujours deux volets à une médaille. Est-ce que tu as déjà songé à leur demander ? À t’assoir avec eux et à chercher à les comprendre ? » Je dis cela avec une douceur dans la voix, qui domine même mon épuisement progressif. Je ne cherche pas à me mettre Evan à dos ou encore à le mettre en colère. Je ne prends le parti de personne non plus. Je me sais impartial dans cette histoire. Je veux simplement tenter de le guider à ma façon hors de ce qui me semble une frustration malsaine pour lui. Il ne faut pas garder ce genre d’émotions négatives à l’intérieur de soi. Ça finit par nous consumer. Il s’enquit d’un coup sur mon rythme à tenir et je retrouve mon sourire. « Ne t’inquiète pas pour moi. Je vais te prévenir lorsque je vais avoir besoin qu’on ralentisse. Ce qui n’est pas pour tout de suite. » Il est gentil et attentionné ce hockeyeur. C’est à ce demander pourquoi il est encore célibataire. Je suis sur qu’un tas d’hommes pourraient craquer pour un sportif au grand cœur.

_________________


Make that happiness last
Seeing from those eyes what you become
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t185-don-t-push-me-away-lucy http://verybadmoms.forumactif.com/t199-the-way-you-make-me-feel-lucy
Admin unicorn lover
avatar

Messages : 334
Pseudo : margaux.
Célébrité, © : daniel sharman; delusion angel.
- Age : vingt-huit ans. (13/07)
- Job : joueur de hockey pro pour les flames de calgary. (#13)
- Address : downtown, à quelques minutes seulement de scotiabank saddledome
- Love : éternel célibataire qui songe enfin à trouver un homme.





( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: kat; fraser; sophie; lucy.

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Jeu 18 Jan - 17:28



lucy & evan

c'est rien. tu offres un petit sourire à lucy quand elle vient poser sa main sur ton épaule. elle t'as parlée de la mort de sa mère et ... t'es désolé pour elle. tout simplement. certes, tu ne connais pas le comment du pourquoi, mais pour avoir perdu ta mère (d'une autre manière, certes), tu penses pouvoir la comprendre, un petit peu. t'en sais trop rien, au fond. tu termines par lui parler de ta propre famille. ton père joueur de hockey; le divorce de tes parents, ta mère partie tôt. ta belle-mère, aussi. tu retiens un soupir en lui faisant part de tes doutes sur la nouvelle femme de ton père. mon père a choisit de demeurer célibataire un moment après la mort de ma mère. du coup, je ne peux pas comprendre pleinement ce que tu as vécus. mais je pense que notre instinct nous trompe rarement. alors si tu penses qu’ils cachent quelque chose, c’est probablement le cas. sauf qu’il y a une raison derrière cela. peut-être que ça leur fait du mal au fond cette chose qu’ils dissimulent et que c’est pour cela que rien n’est dit. il y a toujours deux volets à une médaille. est-ce que tu as déjà songé à leur demander ? à t’assoir avec eux et à chercher à les comprendre ? tu hausses les épaules. t'en sais trop rien; t'as déjà essayé. de leur parler. de vouloir amener la discussion. tu secoues la tête de gauche à droite, un soupir sur les lèvres tandis que tu continues de courir. j'ai essayé. ma sœur a essayé de leur parler. que ce soit notre belle-mère; sa gamine ou son garçon. mais c'est toujours la même histoire, toujours ça change de sujet. ça prouve bien qu'ils ont quelque chose à cacher. tu souffles simplement. tu te contentes ensuite de continuer à courir, observant au loin le chemin qui continue. ton souffle se fait un peu plus cours au fur et à mesure que la course continue. et tu souffles à lucy de ne pas hésiter à te le dire, si le rythme est trop rapide. ne t’inquiète pas pour moi. je vais te prévenir lorsque je vais avoir besoin qu’on ralentisse. ce qui n’est pas pour tout de suite. tu te contentes alors de hocher la tête, continuant de courir à la même allure. tu restes silencieux quelques minutes, profitant simplement du moment et de l'air frais qui vous entoures. tu apprécies bien courir en hiver, quand le vent n'est pas présent. tu te pinces les lèvres quelques instants. j'me disais qu'un jour, on pourrait prendre un café. genre, se voir autrement que tout transpirants. un rire s'échappe de tes lèvres. tu n'es pas en train de la draguer ou quelque chose dans le genre. elle sait que tu préfères les hommes, de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre in my cradle
avatar

Messages : 385
Pseudo : Volodymyr
Célébrité, © : Margot Robbie, © nightblood
- Age : Vingt-sept ans
- Job : Assistante personnelle
- Address : Huntington Neighborhood
- Love : Célibataire mais qui a du mal à supporter ce nouveau statut




( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 5/3 en cours

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Jeu 18 Jan - 19:45


J’écoute avec attention la réponse d’Evan. Ce n’est pas évident d’arriver à comprendre les gens lorsqu’ils nous évitent volontairement et constamment. Refuser de parler d’un sujet signifie en général qu’il est pénible à aborder pour nous. Je ne connais pas ces gens, mais je doute qu’ils souhaitent simplement demeurer secret face à leur nouvelle famille volontairement. Il y a forcément une raison derrière. Sauf que ce n’est pas à moi de la supposer. Je n’en sais pas assez sur chacun d’entre eux pour arriver à le déterminer de la sorte. Malheureusement, je ne pourrais pas aider le hockeyeur aujourd’hui. Sauf que s’il persiste à chercher des réponses et demeure ouvert face à eux, il a peut-être une chance qu’on lui révèle ce qui les tracasse autant. Ou pas. Certaines personnes sont tellement habituées aux mensonges et aux cachotteries qu’elles ne connaissent plus aucuns autres langages. J’espère que ce n’est pas le cas de sa belle-mère et de ses enfants. Il n’est jamais agréable de vivre auprès de gens qui respire l’hypocrisie. Je soupire donc, moi aussi déçue par le comportement de ces membres de sa famille. « Je vois, c’est moche comme situation. J’espère que tu vas finir par trouver un moyen de régler cette histoire un jour. Je comprends pourquoi tu ne peux pas les supporter, en tout cas. » Moi-même je ne pourrais pas endurer bien longtemps des gens de la sorte dans mon entourage. Je crois même que j’aurais été encore moins patiente que lui vues les circonstances. Jeune j’étais assez sauvage et difficile à dompter. Les gens savaient qu’ils ne devaient pas s’opposer à moi sous peine d’une crise infernale. Aujourd’hui, je me suis grandement adoucie, fort heureusement. Du coup, je ne peux pas prétendre le contraire face à Evan. Je serais du genre à carrément faire des coups contre des demi-frères et demi-sœurs du genre. Ma cible principale étant la belle-mère, qui aurait le plus gros de ma rage. Qu’importe. Évitons de mettre cela à l’esprit de mon ami, ce n’est pas sain. À la place, je souris en voyant qu’il s’inquiète pour mon rythme de course. Je peux encore tenir le coup, ce que je lui assure sans hésitation. C’est sur que je vais devoir bientôt ralentir, puisque je ne suis pas une athlète olympique, tout de même. Il ne faut pas s’attendre à ce que je tienne des heures de la sorte. Sauf que ça me fait du bien de sentir mes poumons, mon cœur et mes muscles travailler un peu. Donc, je souhaite conserver ce rythme encore un peu pour bien repousser mes limites. Je ris simultanément à lui alors qu’il propose de m’inviter un jour à prendre un café avec lui. Je fais un geste qui englobe mon visage, dont les pommettes sont devenues rouges et dont les cheveux qui s’échappent de sous ma casquette sont humides désormais. « Quoi, tu ne me trouves pas sexy ainsi ? » Je le questionne sans vraiment m’attendre à une réponse bien sérieuse. Je ris moi-même déjà à cela. « Mais oui, évidemment que j’accepte. Ou bien un resto même, pourquoi pas. Et je promets de ne pas te monopoliser jusqu’à après ton couvre-feu. Je ne voudrais pas que mon oncle me fasse un sermon. » J’ignore si c’est vrai que les joueurs de hockey ont des couvre-feux, mais je trouve cela hilarant de lui dire ça aujourd’hui. Surtout qu’il est vrai que mon oncle soit le coach de son équipe, il ne faut pas l’oublier ce cher Oli. Ça ne l’a jamais dérangé que je devienne amie (ou plus) avec certains de ses joueurs. Je ne voudrais donc pas qu’il finisse par m’interdire de les fréquenter si je fatigue trop à courir et à veiller tard son numéro treize.

_________________


Make that happiness last
Seeing from those eyes what you become
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t185-don-t-push-me-away-lucy http://verybadmoms.forumactif.com/t199-the-way-you-make-me-feel-lucy
Admin unicorn lover
avatar

Messages : 334
Pseudo : margaux.
Célébrité, © : daniel sharman; delusion angel.
- Age : vingt-huit ans. (13/07)
- Job : joueur de hockey pro pour les flames de calgary. (#13)
- Address : downtown, à quelques minutes seulement de scotiabank saddledome
- Love : éternel célibataire qui songe enfin à trouver un homme.





( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: kat; fraser; sophie; lucy.

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Ven 19 Jan - 0:17



lucy & evan

tu peux pas, les supporter. c'est tout. trop de mensonges. trop de choses cachées. trop de non-dits. c'est louche. trop à ton goût. et visiblement, lucy est de ton côté. elle pense un peu comme toi. ça te rassures, t'avais juste l'impression d'être un connard jusque la. mais visiblement pas. et ça te rassure un peu. je vois, c’est moche comme situation. j’espère que tu vas finir par trouver un moyen de régler cette histoire un jour. je comprends pourquoi tu ne peux pas les supporter, en tout cas. tu hoches doucement la tête, continuant de courir, te concentrant sur ta foulée, ta respiration et le chemin en face de vous. ça t'aides à te calmer, le sport. à te canaliser, chasser cette impression de ne pas réussir à être calme, cette hyperactivité avec laquelle tu as appris a vivre ta vie d'adulte. et fort heureusement, t'as un job qui te permet de te dépenser autant que tu en as besoin. et c'est bien comme ça. tu ne t'imaginais pas bosser derrière un bureau, de toute manière. l'école ça n'a jamais été trop ton truc même si tu avais de bons résultats. tu bossais pour les avoir tandis que le hockey a toujours été assez instinctif, pour toi. tu termines par proposer un café à lucy. histoire de vous voir dans une autre dimension que celle sportive. et d'apprendre à vous connaître un peu mieux, sans doute. t'en sais trop rien; tu l'apprécies bien, la jeune femme. quoi, tu ne me trouves pas sexy ainsi ? tu ris doucement en secouant la tête, manquant une respiration dans la manœuvre. tu toussotes un peu avant de reprendre ton souffle comme il se doit. enfin, comme tu le peux, vu que vous ne vous êtes pas arrêtés de courir. mais oui, évidemment que j’accepte. ou bien un resto même, pourquoi pas. et je promets de ne pas te monopoliser jusqu’à après ton couvre-feu. je ne voudrais pas que mon oncle me fasse un sermon. tu manques un nouveau rire, haussant les épaules. j'ai mon propre appartement, tu sais. tu lances en riant, secouant un peu la tête, continuant de courir. tu dois avouer que c'est un peu plus compliqué de maintenir le rythme tout en parlant, mais ça ne te déranges pas. tu n'es pas encore au point ou tu n'en peux plus. si on arrive crevés aux entraînements on s'en prends plein la figure, d’ailleurs. il est pas tendre oliver. mais c'est bien. tu souffles simplement. tu aimes te donner à fond pendant les entrainement et les matchs. il vous pousse à vous dépasser à chaque fois. j'te ferais visiter chez moi, un jour, si ça te dit. tu ajoutes en te pinçant les lèvres quelques secondes, avant de les rouvrir légèrement pour respirer plus facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre in my cradle
avatar

Messages : 385
Pseudo : Volodymyr
Célébrité, © : Margot Robbie, © nightblood
- Age : Vingt-sept ans
- Job : Assistante personnelle
- Address : Huntington Neighborhood
- Love : Célibataire mais qui a du mal à supporter ce nouveau statut




( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 5/3 en cours

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Ven 19 Jan - 1:03


Petit malin d’Adkins. Il réussit à s’étouffer un peu alors que je cherche à savoir si mon apparence lui est attirante dans mon accoutrement de sport et en train de suer à cause de l’effort. C’est confirmé, je ne le suis pas. C’est hilarant de le voir rire et toussoter en même temps, peinant à respirer à cause de l’effort qui s’ajoute. Je passe bien près de lui demander s’il veut s’arrêter pour avoir quelques minutes pour maîtriser sa respiration. Au final, il s’en sort bien et je poursuis donc en acceptant son invitation à se voir dans un autre contexte que des défis sportifs. Je sais très bien qu’il ne va pas chercher à me draguer et c’est temps mieux puisque depuis que je suis célibataire je suis une vraie galère sur deux pattes. Je n’arrive plus à résister aux hommes on dirait alors que je m’étais pourtant jurée de cette fois profiter plus longtemps de mon célibat. Donc forcément de prendre un peu de recul sur ce que c’est que d’être en couple. Résultat, je me retrouve à enchaîner les coups de cœur et à voir en chaque nouvelles rencontres masculines un potentiel plaisir sexuel. Sans parler que j’ai couché avec mon patron. Plus d’une fois. Rien que d’y penser, j’ai envie d’abattre ma paume contre mon front. Je ne fais plus rien de bien, il semblerait. C’est donc tant mieux qu’avec Evan je puisse canaliser mes pensées ailleurs et me défouler dans le sport puisque je commence à croire que j’ai un véritable problème. J’ajoute un mythe que j’ai déjà entendu auparavant. À savoir si les joueurs de la LNH avaient un couvre-feu à respecter. Je sais bien que c’est débile puisque chaque hockeyeur est majeur et souvent marié. Donc leur imposer un couvre-feu est illogique. Tout de même, je place cela dans la conversation pour faire rire mon ami. Et c’est réussi. Il me répond qu’il a son propre appartement. Nous sommes deux d’ailleurs. En emménageant à Calgary il y a sept ans, j’ai eu comme offre de la part d’Oliver d’habiter chez lui le temps que tout se replace pour moi, le deuil de ma mère encore frais dans ma mémoire. Sauf que j’ai refusé, préférant avoir mon chez moi. Du coup, je suis pleinement autonome depuis sept ans et j’en suis fière. Il m’avoue ensuite que les joueurs qui arrivent crevés aux entraînements s’en prennent plein la gueule par mon oncle. Alors ça c’est hilarant. J’éclate de rire à un tel point que cela me fait ralentir le rythme. Au moment de reprendre la course, je n’arrive plus à suivre la cadence. Je m’obstine à vouloir rattraper Evan. Je parviens à le faire en y mettant beaucoup d’efforts. Sauf que ma respiration devient trop haletante. Ah bah merde ! Il me parle, sauf que je ne peux plus lui répondre à cause de l’intensité de ma respiration. Je viens donc taper un coup sur son bras pour lui indiquer que je vais ralentir. Aussitôt fait, je diminue drastiquement le rythme. Je finis par sourire lorsqu’au bout de quelques minutes de la sorte je retrouve une respiration adéquate. « Tu m’as tué avec ta blague. » Je me justifie en le regardant. Je ne demande pas à m’arrêter complètement, juste à garder ce rythme le temps que mon corps retrouve un peu d’énergie. Cela ne semble visiblement pas poser de problème à Evan qui ne me laisse pas à la traine, ce qui est gentil de sa part. Lorsque je commence à augmenter progressivement ma vitesse pour qu’on poursuive la course dans le sentier, j’arrive enfin à penser comme auparavant. Je tourne donc ma tête vers Evan. « Pourquoi pas pour la visite. Et si tu as des consoles de jeux vidéos dans ton appartement, tu ne pourras plus me faire partir ensuite. » Je lui dis en riant. Ça me manque de jouer à la console de mon frère en cachette parce qu’il ne voulait jamais me la prêter. J’avais mes trucs lorsque j’étais gamine. Il ne se rendait jamais compte de rien.

_________________


Make that happiness last
Seeing from those eyes what you become
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t185-don-t-push-me-away-lucy http://verybadmoms.forumactif.com/t199-the-way-you-make-me-feel-lucy
Admin unicorn lover
avatar

Messages : 334
Pseudo : margaux.
Célébrité, © : daniel sharman; delusion angel.
- Age : vingt-huit ans. (13/07)
- Job : joueur de hockey pro pour les flames de calgary. (#13)
- Address : downtown, à quelques minutes seulement de scotiabank saddledome
- Love : éternel célibataire qui songe enfin à trouver un homme.





( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: kat; fraser; sophie; lucy.

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Sam 20 Jan - 23:45



lucy & evan

courir avec lucy est assez agréable. votre cadence vous permet de discuter un peu, ce qui n'est pas de refus. ce n'est pas drôle, de courir en silence. d'habitude, tu emportes une paire d'écouteurs et ton portable pour pouvoir écouter un peu de musique et laisser les basses rythmer ta course. mais pas cette fois. la compagnie de la jeune femme te suffit amplement. d'autant plus quand elle avoue être de ton côté; dans une certaine mesure; quand tu lui parles de ta demi-sœur et de ton demi-frère. ainsi que de leur mère. tu retiens un soupir, préférant changer de sujet de conversation. après tout, ça ne sert à rien de parler d'un sujet qui fâche. et, même si c'est toi qui l'a lancé, tu sais que c'est assez risquer d'en parler. alors tu lui proposes un café, un jour ou l'autre. ça peut être sympathique, après tout. apprendre à la connaître autrement qu'en tenue de sport. discuter, simplement, sans être essoufflés et sans chercher vos mots entre deux respirations. tu te mords l'intérieur de la joue quand elle rit et tu ralentis un peu le rythme pour la laisser reprendre son souffle et sa foulée. tu m’as tué avec ta blague. tu ris doucement. et dire que j'étais à deux doigts de me débarrasser de toi alors ... tu lances pour la taquiner, suivant son rythme quand elle accélère de nouveau. pourquoi pas pour la visite. et si tu as des consoles de jeux vidéos dans ton appartement, tu ne pourras plus me faire partir ensuite. un nouveau sourire éclaire tes lèvres et un léger rire, aussi. j'ai pas vraiment le temps de jouer aux jeux-vidéos. tu lances en haussant les épaules. mais j'en ai quelque-uns. grand enfant. tu t'accordes de temps à autre des soirées jeux vidéos avec tobias. ça n'est pas arrivé depuis quelque temps, mais le fait d'en parler te donne envie de contacter ton meilleur ami. l'arracher un peu à ses devoirs de mari parfait et lui proposer une soirée entre mecs. on verra ça si un jour, tu viens. tu souffles à lucy, presque comme un défi, en réalité. t'es pas sûr que ça en soit un, pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Membre in my cradle
avatar

Messages : 385
Pseudo : Volodymyr
Célébrité, © : Margot Robbie, © nightblood
- Age : Vingt-sept ans
- Job : Assistante personnelle
- Address : Huntington Neighborhood
- Love : Célibataire mais qui a du mal à supporter ce nouveau statut




( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 5/3 en cours

MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    Dim 21 Jan - 1:45


Se débarrasser de moi aussi facilement, jamais de la vie. Je suis vraie sangsue lorsque j’aime bien quelqu’un. Non, en fait, je m’attache facilement et selon mon appréciation de la personne, je vais avoir tendance à vouloir la côtoyer fréquemment. Je sais très bien que ce n’est pas cela dont parle Evan. Il blague, tout simplement. Et je sais qu’au fond il aime que je le talonne, lui lance des défis et ne me laisse pas abattre aussi facilement. Il me suit d’ailleurs sans hésiter au moment où j’accélère. Il ne me demande pas si je veux m’arrêter. Tant mieux, puisque j’aurais décliné. Au fond, il a probablement anticipé cela. C’est bien, ça veut dire qu’il commence à mieux me connaître. Il nous ait donc plus facile ainsi de reprendre la conversation où elle a été laissée avant que je doive reprendre mon souffle un petit instant. Je suis faussement outrée alors qu’il m’avoue qu’il n’a pas le temps de jouer aux jeux vidéo. En réalité, je comprends totalement. Être un athlète professionnel demande un investissement en temps considérable. Surtout pour les entraînements physique et ceux avec l’équipe. Sans parler des matchs qui le conduise à travers le Canada et les États-Unis pour disputer dans les autres arénas. Ça n’offre pas énormément de temps pour traîner dans son appartement, j’en suis certaine. Je laisse donc tomber bien vite mon expression pour un sourire quand il m’avoue qu’il a quelques consoles et jeux. Évidemment qu’il en a. J’aurais pu le parier. Il n’est pas très différent de mon petit-frère, au fond. « Parfait. » Je laisse échapper pour qu’il sente que j’ai hâte de visiter son chez soi. À la place, il évoque cela comme une possibilité. Je fronce les sourcils, me mettant à accélérer pour lui imposer un nouveau rythme en punition. Je tourne ma tête vers lui. « Je peux t’accorder une soirée dès que tu seras dispo. On peut fixer la date dès maintenant, si tu veux. J’ai un agenda en permanence dans la tête à cause de mon boulot. Lance une date pour voir. » Je lui demande, bien qu’il n’est probablement pas aussi maniaque de son horaire comme je le suis. Si ça se trouve c’est son agent, son gérant ou peu importe le titre de ce gars qui s’occupe de lui dire où aller et quand. Moi je suis cette personne pour mon patron. Forcément, je dois être impeccable en la matière. Ce qui n’est pas évident, ça je peux l’assurer. J’accélère pendant ce temps toujours plus, rendant le maintient de notre discussion presque impossible. En fait, ce que je tente de faire, c’est surtout de sprinter jusqu’à cet arbre très grand au loin. Environ deux cent mètres encore. Je fixe mon objectif, m’y concentrant à un tel point que j’oublie momentanément la présence d’Evan. Jusqu’à me faire dépasser en beauté par monsieur juste au moment où je croyais gagner. Je me laisse ensuite ralentir et je viens m’assoir à même la neige, le dos contre ce foutu arbre. Ma respiration est très rapide, mon cœur résonnant fortement dans ma tête. Je fixe le hockeyeur en secouant la tête de gauche à droite avant de lui tendre une main pour qu’il m’aide à me relever. Une fois sur mes pieds, je viens lui sourire, toujours haletante. « Merci de m’avoir donné l’impression que j’allais gagner. C’était sympa. » Je lui dis en recommençant à secouer la tête, amusée.

_________________


Make that happiness last
Seeing from those eyes what you become
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t185-don-t-push-me-away-lucy http://verybadmoms.forumactif.com/t199-the-way-you-make-me-feel-lucy
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: run boy run; lucy.    

Revenir en haut Aller en bas
 
run boy run; lucy.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD GOOD MOMS :: CALGARY, CANADA :: Southwest-
Sauter vers: