AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Father and daughter [Thomas & Lucy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Membre in my cradle
avatar

Messages : 385
Pseudo : Volodymyr
Célébrité, © : Margot Robbie, © nightblood
- Age : Vingt-sept ans
- Job : Assistante personnelle
- Address : Huntington Neighborhood
- Love : Célibataire mais qui a du mal à supporter ce nouveau statut




( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 5/3 en cours

MessageSujet: Father and daughter [Thomas & Lucy]   Dim 21 Jan - 0:36


Je ne comprends pas pourquoi mes journées de congé sont toujours synonymes d’absence totale de productivité. Peut-être parce que d’abord je n’ai pas la sonnerie agaçante de mon téléphone pour me réveiller le matin. Aussi parce que je passe près d’une heure étendue à moitié sur le comptoir de la cuisine à me nourriture d’une seule rôtie pourtant. En fait, je réalise que c’est parce que le facteur temps n’est pas un enjeu dans ces fameux jours de congé que je déteste que je perds du coup mes repères et mon meilleur allié aussi. Le temps n’est pas un ennemi dans mon travail. Dans ma vie en général non plus. Le seul désavantage du temps est de vieillir, je pense. Et encore, c’est sujet à débats. Ce matin, je me lève avec la sensation de ne pas avoir dormis depuis des années. C’est ça quand on fait la grâce matinée à outrance. Je grogne, me roulant dans les couvertures. Je plonge ma tête dans un oreiller et j’y demeure de nombreuses minutes à écouter ma respiration. Lorsque j’en ai marre, je me décide à sortir de mon cocon de couvertures et à m’aventurer sous le jet d’eau chaude de la douche. J’y demeure peu de temps, comme j’ai déjà suffisamment perdu d’innombrables minutes dans mon lit. Une fois ma tignasse blonde séchée puis coiffée en une cascade sur mes épaules, je m’accorde le temps nécessaire pour réussir mon maquillage habituel malgré mon ventre qui se plaint de la faim. Je fais un détour par mon dressing room afin de sélectionner mon ensemble du jour. Je choisis une robe noir et blanche qui tombe agréablement jusque sous mes genoux. Ça a beau être un jour de congé, je ne vais pas me pavaner en pyjama toute la journée. Surtout que j’ai envie de m’accorder un après-midi dans les boutiques. Je n’ai jamais assez de chaussures, c’est vrai. Sauf que là j’ai surtout envie de me trouver un sac à main un peu plus pratique ainsi que de la nouvelle décoration pour mon appartement, pourquoi pas. J’engloutie donc l’unique rôtie du matin en quelques bouchées, tout en parcourant facebook. Tiens, une ancienne amie d’école va se marier aujourd’hui. Tant mieux pour elle. Je cache mal ma jalousie, c’est vrai. Et dire que je pensais moi-même être mariée à vingt-cinq ans, avec mon premier bébé en route. L’absence de bague à mon annulaire me prouve que j’avais une imagination de contes de fée à une certaine époque. Bref, passons. J’enfile mes talons assortie à ma robe et la minute suivante je suis en train de descendre les escaliers qui mènent à la sortie. Je rejoins ma voiture en rapprochant davantage le col de mon manteau à mon cou. Il fait froid aujourd’hui, bon sang. Je décide de me rendre à Calgary Farmer’s Market puisque cela fait un moment que je souhaite y retourner et que je ne trouve jamais le temps. Du coup, c’est ma chance. Je déniche une place de stationnement à proximité de l’une des entrées et je me dépêche ensuite de m’y réfugier pour ne pas congeler sur place. Je me débarrasse de mon manteau au modeste vestiaire du marché. Je traverse la grande section des produits alimentaires afin de rejoindre les boutiques susceptibles de m’intéresser. Mon intérêt se porte vers une cordonnerie comprenant beaucoup de fabrication artisanale de sac. Je commence à jeter un œil à chaque produit jusqu’à être poussé d’un coup vers l’arrière. Par réflexe, mes mains se posent sur la petite tête qui se relève justement. La fillette n’est pas assez forte pour me faire tomber mais elle m’a surprise. Elle cesse de bouger lorsque je la regarde. J’observe autour, au cas où ses parents seraient juste à côté. Mais nous sommes seules dans la boutique. Je m’accroupie donc, gardant mes mains sur ses petites épaules pour éviter qu’elle ne reparte à la course. « Tu es perdue ? » Je lui demande, soucieuse. Elle semble gênée de me répondre. « Comment tu t’appelles ? » Je m’enquis en lui souriant pour la réconfortée. « Charlotte. » Est sa réponse. « Moi c’est Lucy, enchantée. » Je tends une main à la fillette qui sourit à mon geste. Elle accepte de me serrer la main en ricanant un peu. Elle est belle, bon sang. J’ai envie de la croquer. Mais je dois la rendre à ses parents avant que ceux-ci s’inquiètent. « Tu es venue avec ton papa et ta maman ? » Je lui demande. « Juste mon papa. » D’accord, c’est un début. Je me redresse donc. Elle glisse sa main dans la mienne de son propre chef. Je m’éloigne aussitôt des rangées pour nous rendre visible. Je regarde tout autour de nous au cas où le père serait facile à identifier. Pas vraiment. Je baisse le regard vers Charlotte. « Ton papa ressemble à quoi ? » Elle réfléchit, ne sachant visiblement pas par quoi commencer pour me le décrire. Je lui fais donc un signe en levant l’autre bras. « Est-ce qu’il est grand ? » Elle hoche la tête. Ok. Je prends une mèche de mes cheveux. « Il a une couleur de cheveux similaire à la mienne ? » Elle ne semble pas convaincue. Je pointe donc à ses cheveux à elle. C’est là que le visage de la petite s’éclaire. Elle sourit et tire sur ma main pour que je la suive. Ce que je fais. Elle s’approche d’un homme en ne me lâchant pourtant pas. D’accord, il semblerait que je vais aussi rencontrer le papa.

_________________


Make that happiness last
Seeing from those eyes what you become
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t185-don-t-push-me-away-lucy http://verybadmoms.forumactif.com/t199-the-way-you-make-me-feel-lucy
Membre new here
avatar

Messages : 84
Pseudo : camille
Célébrité, © : boyd holbrook (american heist)
- Age : trente-cinq ans
- Job : roughman (en free-lance)
- Address : varsity neighborhood
- Love : sa fille, la seule personne qui compte à présent



( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 1 (lucy)

MessageSujet: Re: Father and daughter [Thomas & Lucy]   Dim 21 Jan - 15:04

Le journée commençait bien. Thomas avait passé une grande partie de la nuit à travailler sur l’un de ses contrats peu inspirant. Le cahier des charges sur ce projet était d’un ennui. Comment pouvait-on chercher à vendre des bijoux créatifs avec des idées si stériles. Sauf si l’objectif était justement de ne pas les vendre. Bref. La nuit n’avait pas été longue, et Tom détestait faire traîner son travail. Mais, aujourd’hui, il n’avait pas le choix. Il attendait ces journées toutes les semaines, celles où il pouvait enfin sortir avec sa fille, parcourir les rues et les parcs. Profiter enfin de sa petite famille. Oublier quelques instants ce travail qui lui volait toutes ses heures. Même s’il fallait bien avouer qu’il ne pouvait s’empêcher d’observer et d’imaginer. Après une bonne demi-heure à se préparer pour ne rien oublier, la matinée pouvait vraiment commencer. Un tour au Calgary Farmer’s Market puis une petite pause dans un parc du coin avant de rentrer. Peut-être même allaient-ils manger sur place, tout dépendait du déroulement de cette matinée. Et Tom n’avait rien promis, n’ayant que peu confiance quant à sa capacité à ne pas tomber de sommeil. C’est pourquoi il décida de traverser la ville en bus, un moyen plus lent mais bien plus sûr en ce jour.
De longues minutes furent nécessaires aux deux membres de la famille Howell pour rejoindre l’un des endroits préférés du père. Il aurait pu faire ses achats n’importe où, dans un centre commercial plus proche de chez eux, mais ce lieu lui plaisait davantage. Il en connaissait les commerçants, il avait ses petites habitudes. Il commençait toujours par cette petite papeterie familiale pour y dénicher les meilleurs outils de la ville pour tout dessinateur qui se respecte. Puis il parcourait les les marchands, n’oubliait pas d’acheter une petite douceur pour Charlotte qui ne montrait jamais son ennui. Tom avait bien conscience que ce n’était pas l’activité la plus palpitante pour cette dernière, mais elle était indispensable pour le quotidien et il faisait tout pour la rendre attractive. Mais il se rendit bien vite compte qu’il avait échoué cette fois lorsqu’il chercher à attraper la main de sa fille… qui avait disparu. Il regarda aux alentours en l’appelant. Rien.
Tout ça commençait à devenir inquiétant. Et nul besoin d’avoir lu des faits divers pour que la panique s’installe progressivement. Tom devait alors se résoudre à demander aux commerçants et passants s’ils n’avaient pas vu Charlotte. Il n’y avait sans doute rien de plus honteux pour un parent, mais c’était mieux que de ne rien faire en croisant les doigts pour qu’elle revienne. « Excusez-moi. Vous n’auriez pas vu une petite... » Il n’eut pas le temps de terminer sa phrase qu’il entendit sa fille l’appeler et apparaître aux côtés d’une parfaite inconnue. « Charlotte ! » Un prénom teinté de soulagement, d’un peu d’angoisse et d’embarras. C’était la première fois que Tom perdait de vue sa fille ainsi. Au fond, ce n’était pas si grave. Les enfants avaient tendance à vadrouiller à leur convenance, mais ce n’était pas une raison. Il aurait pu lui arriver tellement de choses. Il s’approcha de sa fille et s’abaissa à son niveau. « Où est-ce que tu étais passé ? » dit-il en remettant son manteau bien droit. Elle restait étrangement silencieuse. « Tu m’as fait une de ces peurs... » Son coeur battait si vite, marque toujours active de son coup de stress qui aurait pu tourner au drame en un clin d’oeil. Il se releva et se tourna vers la jeune femme. « Merci. Je me suis tournée à peine une seconde et la voilà partie... » Tom tendit la main pour saluer celle qui venait de lui ramener sa petite. Une habitude de travail, un réflexe. Peut-être pas ce qui était attendu en cette situation, mais il n’était pas à une maladresse près. Tom ne savait plus où se mettre et n’osait pas vraiment regarder cette inconnue, témoin de son erreur. Comment un père pouvait-il perdre sa propre fille en à peine une seconde ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t344-tom-crazy-little-thing-called-love http://verybadmoms.forumactif.com/t346-tom-out-of-mind
Membre in my cradle
avatar

Messages : 385
Pseudo : Volodymyr
Célébrité, © : Margot Robbie, © nightblood
- Age : Vingt-sept ans
- Job : Assistante personnelle
- Address : Huntington Neighborhood
- Love : Célibataire mais qui a du mal à supporter ce nouveau statut




( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 5/3 en cours

MessageSujet: Re: Father and daughter [Thomas & Lucy]   Dim 21 Jan - 22:11


Je suis le rythme de la fillette sans mal, c’est plutôt la petitesse de celle-ci qui me pose problème alors que je ne peux me résoudre à lui lâcher la main. J’ai une taille dans la moyenne, sauf qu’avec la hauteur de talon que j’aime porter, cela rend le déplacement qu’elle m’impose très déséquilibrant. Par chance que la course vers son père ne dur que sur quelques mètres. Dès qu’elle est à proximité de l’homme, elle me libère naturellement tandis que je me remets droite. Je demeure à proximité, puisqu’il semble que cela ait été le souhait de Charlotte en me conduisant avec elle. Les voir ensemble ne peut que me faire fondre le cœur, surtout en constatant l’inquiétude du père après s’être s’accroupit près de sa fille pour savoir où elle était. Je me permets d’intervenir. « Elle s’est égarée jusqu’à la cordonnerie juste là. Dès que je l’ai trouvé, elle est restée avec moi. Je suis vraiment soulagée qu’elle vous ait retrouvé aussi facilement. Je n’ai pas vraiment l’habitude avec les enfants. » J’avoue, baissant les yeux sur Charlotte qui m’observe également. Son père revient à sa hauteur normale et me tend une main. Je la saisis, surprise par la douceur mais également la force de sa paume. Bon sang, je pense qu’il pourrait me casser le poignet s’il refermait sa main autour du mien. Bref, ce ne sont pas des pensées qu’il faut avoir quand quelqu’un vous dit merci. Je lui souris à la place, tentant de le rassurer puisque je me doute qu’il n’a pas égaré sa fille volontairement. « Ne vous en faites pas. N’importe qui aurait fait la même chose à ma place, vous savez. On ne laisse pas une petite fille seule sans s’assurer de la ramener à ses parents. Et puis, ça nous ait tous déjà arrivé nous même de nous éloignés accidentellement de nos parents lorsque nous étions jeune. » Je lui assure, me résignant à lâcher sa main confortable. Du moins, moi ça m’arrivait souvent lorsque j’étais gamine de m’éloigner volontairement ou involontairement de mes parents. Ce n’était pas vraiment pour mal faire, juste par simple impulsion. Ou par curiosité car il y avait parfois des choses qui captaient mon œil et que je devais voir absolument. Charlotte n’est pas plus différente de moi à l’époque, j’en suis certaine. Je me surprends d’ailleurs à remarquer qu’elle s’est rapprochée à nouveau de moi. Elle est tellement à proximité que son bras ainsi que ses cheveux sont en contact avec le tissu de ma robe. Je baisse le regard vers elle, étonnée par l’affection qu’elle semble éprouvée pour moi. Je ne sais pas vraiment comment réagir à cela. La petite sourit ensuite à son père. Je ris légèrement à cela, regardant ce dernier à mon tour. « Je pense que Charlotte m’apprécie beaucoup. » Je finis par dire, étonnée moi-même par les mots. « J’espère que tu n’as pas eu trop peur, ma jolie. » Elle me répond en hochant négativement de la tête. Cela me rassure énormément. Je redoutais que le fait de s’être perdue de la sorte lui ait fait craindre de ne plus jamais revoir son papa. Je retrouve donc mon sourire après un discret soupire de soulagement. Je reviens au père. « Je m’appelle Lucy. » Je lui affirme, lui souriant à lui cette fois.

_________________


Make that happiness last
Seeing from those eyes what you become
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t185-don-t-push-me-away-lucy http://verybadmoms.forumactif.com/t199-the-way-you-make-me-feel-lucy
Membre new here
avatar

Messages : 84
Pseudo : camille
Célébrité, © : boyd holbrook (american heist)
- Age : trente-cinq ans
- Job : roughman (en free-lance)
- Address : varsity neighborhood
- Love : sa fille, la seule personne qui compte à présent



( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 1 (lucy)

MessageSujet: Re: Father and daughter [Thomas & Lucy]   Dim 21 Jan - 23:58

Charlotte était si silencieuse que Tom avait eu les réponses qu’il attendait de la part de cette inconnue. Ce n’était pas tellement étonnant à vrai dire. Entendre sa fille dévoiler tous ses secrets aurait été bien plus surprenant, même à ce jeune âge. Et ce n’était pas bien grave, Thomas n’avait pas vraiment besoin de ces réponses. Le plus important était qu’elle soit là. « Je vous remercie encore. Ce n’est pas son habitude, elle n’est jamais partie comme ça avant. Heureusement qu’elle vous a trouvé. » La gêne s’installa un peu plus chez Tom alors qu’il se rendait compte que la poignée de main finissait par durer. Il avait sans doute mal jugé la situation et la jeune femme en face avait été surprise. Mais elle ne semblait pas se laisser perdre dans la situation, au contraire. Elle avait l’air relativement confiante. « Oui, on dirait. » Tom ne comprenait pas vraiment pourquoi Charlotte était si proche de cette inconnue, ce n’était pas son genre. Ou peut-être Tom n’avait-il pas remarqué. Il avait beau donner tout son temps à sa fille, il était obnubilé par son travail. Il fallait bien payer les factures et préparer l’avenir. Ou peut-être avait-elle retrouvé quelque chose de différent. Quelque chose qui lui manquait et auquel Thomas avait toujours autant de mal à penser. Mais pourquoi elle ? Sans doute un coup du hasard, le monde avait pour habitude de le surprendre. « Je préfère de loin qu’elle s’accroche à vous qu’à d’autres personnes. » Bizarre. Cette phrase sonnait beaucoup mieux dans son esprit que quand elle était sortie. N’importe qui aurait préféré que son enfant se perde à côté d’une inconnu qui l’aide. Tom se dit qu’il valait mieux laisser couler et passer à un autre sujet.

« Thomas. Et je suppose que ce n’est pas la peine de présenter Charlotte. » dit-il dans un demi sourire. C’était dans ce genre de situation qu’on se rendait compte à quelle point les rencontre fortuite pouvait être étrange. Thomas sentait bien qu’il devait en dire plus, mais quoi ? Ils ne se connaissaient pas, ne se seraient jamais rencontrés si le hasard n’en avait pas voulu autrement. Et, en vérité, que dire après l’avoir remercié plusieurs fois ? « Vous venez souvent dans le coin ? » Tom avait eu le choix : la remercier encore et encore, parler de la météo ou dire la première chose qui lui passait par la tête. Les deux options ne semblant pas viables, il opta pour la dernière. Sans doute pas la meilleure des façons de passer à autre chose et continuer la journée, mais il devait bien un minimum de politesse envers cette Lucy qui lui avait été d’une très grande aide. Surtout qu’elle ne semblait pas presser de reprendre son chemin de son côté.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t344-tom-crazy-little-thing-called-love http://verybadmoms.forumactif.com/t346-tom-out-of-mind
Membre in my cradle
avatar

Messages : 385
Pseudo : Volodymyr
Célébrité, © : Margot Robbie, © nightblood
- Age : Vingt-sept ans
- Job : Assistante personnelle
- Address : Huntington Neighborhood
- Love : Célibataire mais qui a du mal à supporter ce nouveau statut




( HEY MAMA )
Relationships:
Rp: 5/3 en cours

MessageSujet: Re: Father and daughter [Thomas & Lucy]   Lun 22 Jan - 1:30


Le père lui-même n’a pas d’explication au soudain attachement de sa fille à mon égard. Je dois dire que je trouve ça adorable. Bien que je ne sache pas vraiment comment y réagir encore, je décide de ne pas repousser Charlotte. Si elle se sent bien si près de moi, c’est positif à mon avis. Une enfant de son âge, bien que je ne sache pas exactement le sien, n’a certainement pas eu beaucoup d’occasions de se familiariser avec des adultes. C’est donc très bien qu’elle soit capable de s’ouvrir à d’autres de la sorte. Enfin, je crois. Je n’ai pas d’enfant, mon frère non plus. Mes sœurs oui mais je ne les ais jamais rencontrés. Du coup, je ne suis pas à l’aise en présence de jeunes enfants tout simplement parce que je n’en ai jamais vraiment côtoyé. C’est aussi bête que ça. Il ne faut pas chercher ailleurs. Ce n’est pas parce que je les déteste et que je souhaite ne pas en avoir dans ma vie. C’est juste que je n’aie pas l’habitude de me trouver en leur présence. J’ai peur aussi, je pense. Peur de faire un truc qu’il ne faut pas en leur présence, de les blesser accidentellement ou encore qu’ils me détestent. C’est donc très rassurant de découvrir que ce que je dégage est apprécié par Charlotte. D’accord, ce n’est qu’une seule opinion, mais je m’en fiche. Je remercie en silence la petite de me faire ainsi confiance, bien que je n’aie absolument aucune idée d’où est-ce que ça lui vient. Je trouve ça d’autant plus mignon d’entendre le père avouer qu’il préfère qu’elle s’accroche à moi en particulier. Je lui souris un peu plus grand, juste heureuse qu’il vienne de me dire ça. Tous mes doutes sont ainsi repoussés d’un revers de la main et mes yeux sont pétillants au moment où il m’avoue son prénom. « Thomas, c’est un joli nom. Tout comme Charlotte. » La petite réagit à cela en gloussant un peu. J’ose une main contre son dos et elle me laisse faire. Ok, je peux arriver à interagir avec les enfants. Visiblement, ce que je fais jusqu’à présent fonctionne. Si seulement je pouvais avoir un indice de ce qui est bien ou pas de faire ou de dire à Charlotte, ça serait super. Je souris à la question suivante du père. Je pointe naturellement la boutique du cordonnier où j’étais il y a quelques minutes à peine. « Non, en fait c’est la seconde fois que je viens depuis que je réside à Calgary. Et ça tombe toujours en hiver. J’aimerais bien voir à quoi ressemble le marché en été mais avec mon boulot je ne peux jamais savoir d’avance. Par contre je vais définitivement revenir et trouver le temps d’explorer chacune de ces boutiques car il y a de vraies petites merveilles ici. » C’est juste moi où dire cela est une référence à ma rencontre avec Charlotte et son père. Mon esprit est définitivement trop tordu en ce moment, je dois changer ça. « Je suis assistante personnelle. Donc rendre service aux gens, c’est mon boulot. » Je lui explique en anticipant une question de sa part. Et être l’assistante d’une personne comme Gab est définitivement très prenant. Je pense qu’il est préférable de ne pas m’encourager davantage à parler puisque je pourrais combler le silence à moi toute seule sans problème, je décide donc de m’intéresser au père et à sa fille. « Et tous les deux, vous venez souvent ici ? Est-ce qu’il y a des boutiques que je dois absolument visiter aujourd’hui ? » Je baisse mon regard vers Charlotte. Le fait qu’elle réfléchisse elle aussi à la question me fait plaisir.

_________________


Make that happiness last
Seeing from those eyes what you become
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verybadmoms.forumactif.com/t185-don-t-push-me-away-lucy http://verybadmoms.forumactif.com/t199-the-way-you-make-me-feel-lucy
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Father and daughter [Thomas & Lucy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Father and daughter [Thomas & Lucy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD GOOD MOMS :: CALGARY, CANADA :: Southeast-
Sauter vers: